Faune et flore sauvages en Brie des Morin

A première vue, les paysages de la Brie des deux Morin n'ont rien d'exceptionnels. Ils ont pourtant leur originalité, quelques singularités qui font qu' « ici ce n'est pas comme ailleurs ». Pour s'en rendre compte, il faut explorer toutes leurs dimensions, s'intéresser à la géologie, au climat, à l'histoire, aux activités humaines et tout particulièrement agricoles qui les ont façonnés. Et puis aussi au sauvage, cette faune et cette flore qui composent des écosystèmes parfois très anciens, en équilibre plus ou moins stable avec les activités humaines.

Cette diversité biologique de la Brie et des deux Morin, nous l'avons longuement explorée depuis une petite dizaine d'années. Curieusement, et relativement à d'autres territoires franciliens, les données et connaissances étaient initialement peu nombreuses, surtout concernant la faune.


Une prairie ancienne riche en biodiversité.

Près de 3000 espèces ont été identifiées à la fin de l'année 2020. Nous avons pu mettre en évidence la présence d'espèces jusqu'alors inconnues dans le périmètre du projet de PNR, parfois rarissimes à l'échelle de la région. D'autres étaient considérées comme disparues d'Ile-de-France et ont pu être retrouvées.  Beaucoup sont menacées à différents degrés selon les listes rouges régionales, du fait notamment de la raréfaction ou de la dégradation de leurs habitats.

L'idée de ce site est de partager les découvertes et connaissances acquises. Elles ne sont bien sûr pas à considérer comme complètes, mais elles apportent des élements essentiels dans le cadre actuel de construction du Parc Naturel Régional en projet, tout particulièrement pour la rédaction de la charte dont l'un des objectifs essentiels est de préserver la diversité biologique.

 


Situation du projet de PNR - clic pour agrandir la carte

Le projet de PNR de la Brie et des deux Morin

Le projet de Parc Naturel Régional de la Brie et des deux Morin est situé dans la région d'Ile-de-France, au nord-est du département de la Seine-et-Marne. Le territoire est traversé d'est en ouest par deux rivières, le Petit-Morin et le Grand-Morin.

Des informations complémentaires peuvent être consultées sur le site web officiel.

Les Parcs Naturels Régionaux sont définis dans le code de l'environnement, articles R333-1 à R333-16.

 

 

Différentes rubriques, chacune constituant un enjeu de préservation, présentent quelques espèces sélectionnées d'après leurs différents statuts. (listes rouges régionales, liste des espèces déterminantes znieff, Natura 2000, protection, rareté). Plusieurs groupes taxonomiques sont explorés, parfois sous l'angle d'un habitat particulier. Les espèces choisies nous semblent bien représenter les particularités du territoire du point de vue floristique et faunistique. Elles sont aussi pour la plupart caractérisées par un degré de vulnérabilité non négligeable selon les listes rouges régionales. Elles partagent également un fort degré d'exigence en terme d'habitat, et sont donc indicatrices de milieux plutôt bien préservés. Finalement, ces espèces sont mises en avant car la préservation de leurs populations, et donc de leurs habitats, induit la préservation des espèces s'adaptant à des conditions moins strictes et partageant le même type d'habitat.

 

Chaque enjeu est d'abord présenté d'une manière globale puis donne accès à des fiches décrivant les espèces sélectionnées. Les cartes présentées donnent des indications sur la répartition des espèces. Elles sont aussi le reflet de zones plus ou moins prospectées, et nécessitent donc une interprétation. D'autres bases de données existent, les données présentées ici sont intégrées aux principales, aux échelles régionale, nationale et mondiale, avec des mises à jour régulières. Des liens vers ces bases de données publiques sont proposées en bas de chaque fiche espèce.

 

Des orchidées sauvages rares et menacées

Plusieurs espèces d'orchidées sauvages très rares et menacées ont été découvertes dans des prairies naturelles anciennes. Un document historique démontre qu'un des prés de la vallée du Petit-Morin est pâturé depuis plus de 300 ans.

 

Une belle diversité de papillons de jour

Pratiquement absent du reste de l'île-de-France, le cuivré des marais est sans doute l'espèce phare de ce groupe taxonomique. D'autres espèces moins souvent évoquées méritent la même attention.

 

Flore des sous-bois frais et humides

Les sous-bois souvent humides des versants des vallées abritent une flore originale. Certaines espèces rares et localisées à l'échelle régionale sont plus fréquentes en montagne.

 

Les syrphes, indicateurs de l'état des milieux

Le PNR héberge plusieurs espèces rares dont les larves vivent dans les cavités des vieux arbres. Les trognes, ces charmes taillés en têtard qui servaient autrefois à délimiter les parcelles pourraient expliquer leur présence.

 

Dans l'eau des rus des rivières et des mares

Amphibiens, poissons, libellules, crustacés ont parmi d'autres un lien étroit avec les milieux aquatiques. Les mares et les rivières, très présentes en Brie des Morin, abritent plusieurs espèces emblématiques.

 

Les oiseaux: des espèces en déclin

L'avifaune du PNR témoigne de paysages modelés par l'agriculture. Bois, prairies, vergers, haies, jardins et terres cultivées constituent une mosaïque d'habitats adaptés à des espèces aux traits de vie variés. Certaines sont en déclin.

 

Zygènes et turquoises

D'une même famille de papillons liées aux prairies naturelles, les huit espèces de Zygènes et de Turquoises identifiées en Brie des Morin constituent un cortège remarquable, assez exceptionnel en Ile-de-France.

 

D'autres espèces et une conclusion

D'autres espèces emblématiques sont présentes sur le territoire du PNR. Les reptiles, coléoptères, orthoptères, et mammifères sont par exemple évoqués. Toutes les espèces connues ne sont cependant pas citées.